Les réflexes primitifs

“Nous avons tous nos difficultés, mais elles ne devraient ni définir qui nous sommes, ni rester des difficultés.”

Qu’est-ce que c’est ?

Les réflexes primitifs également appelés réflexes archaïques sont des mouvements automatiques et involontaires.

A quoi cela sert ?

Se protéger, se nourrir, se mouvoir (coordination des mouvements) se développer (écrire, parler), gérer ses émotions…

Comment cela fonctionne ?

Chaque réflexe émerge et se développe in utéro et durant les premiers mois de vie, c’est la phase où il est actif. Puis il devrait ensuite s’intégrer et surgit seulement en cas de survie.

D’après une étude menée par la psychologue russe Svetlana MASGUTOVA sur 832 enfants de 4 à 12 ans, 78% des enfants ayant des problèmes de mémorisation présentaient un réflexe tonique asymétrique du cou toujours actif.

Selon Paul DENNISON, Docteur en Sciences de l’Éducation, 50 à 55% des enfants souffrant de dyslexie et de perturbation du langage présentaient également un réflexe tonique asymétrique du cou actif.

Pour quelles difficultés ?

Cognitives

  • Organisation
  • Hyperactivité, TDA/TDAH
  • Concentration
  • Mémoire
  • Lecture/Écriture/Calculs
  • Retard langagier
  • Tendance autistique
  • Etc…

Corporelles

  • Mauvais équilibre
  • Mal des transports
  • Tensions musculaires
  • Hypersensibilité (tactile, visuelle…)
  • Maladresse
  • Coordination
  • Posturale
  • Troubles de l’oralité
  • Etc…

Émotionnelles

  • Confiance en soi
  • Difficulté à s’affirmer
  • Sommeil
  • Anxiété, stress, peurs
  • Gestion des émotions
  • Impulsivité
  • Etc…

Qu’est-ce que c’est ?

Les réflexes primitifs également appelés réflexes archaïques sont des mouvements automatiques et involontaires en réaction à des stimuli sensoriels internes ou externes spécifiques qui commencent à émerger in utero. Ils sont essentiels à la survie du nouveau-né comme par exemple le réflexe de recherche du sein (réflexe des points cardinaux) puis celui de succion.

A quoi cela sert ?

Se protéger, se nourrir, se mouvoir (coordination des mouvements) se développer (écrire, parler)…

A la naissance le cerveau ne fonctionne pas pleinement car il y a peu de connexions entre les différentes régions de celui-ci. Plus le nourrisson va bouger et découvrir le monde grâce à ses mouvements réflexes et à travers ses sens plus les connexions vont se multiplier. La croissance de son système nerveux va permettre à bébé de développer et d’acquérir ses compétences motrices, son équilibre, ses capacités cognitives et sensorielles ainsi que sa maturité émotionnelle.
Ils forment ainsi les fondements du développement cérébral, des schèmes moteurs, de la posture, de l’épanouissement émotionnel, cognitif et de l’accès aux apprentissages.
En d’autres termes une bonne activation combinée à une bonne intégration de ses réflexes permet, par une bonne compréhension de son corps et de ses émotions de mieux comprendre les autres et notre environnement et d’atteindre un état de sécurité intérieure.

Comment cela fonctionne ?

Chaque réflexe émerge et se développe in utéro et durant les premiers mois de vie, c’est la phase où il est actif.  Puis, par les multiples répétitions de mouvements que va faire le bébé, il devrait ensuite s’intégrer, c’est-à-dire qu’il rentre « dans le placard » du tronc  cérébral et surgit seulement en cas de survie (dans le cas où nous trébuchons le réflexe du parachute permet de mettre nos mains afin d’amortir la chute et celui d’agrippement nous permet de nous accrocher à quelque chose pour ne pas tomber).

 Une fois intégré, le réflexe ne doit plus être observable, ce qui permet un mouvement volontaire intentionnel et l’apparition des réflexes posturaux de vie

L’intégration des réflexes primitifs est une approche qui vise à libérer les personnes de programmes de compensation mis en place dès le plus jeune âge. 

Et en cas de mauvaise intégration ou d’un manque de développement d’un réflexe ?

– Si certains réflexes ne se développent pas, l’apparition d’un manque de tonus musculaire sera visible, ce qui va retarder le développement moteur, et donc limiter le nombre de connexions entre les parties du cerveau, leur manque de communication risque d’entraîner des difficultés d’apprentissage.

– Si les réflexes se développent mais ne s’intègrent pas totalement, ils vont rester plus ou moins actifs et constituer une gêne pour la personne dans la vie quotidienne.

Les adultes mettent en place un certain nombre de compensations, toutefois, un réflexe mal intégré c’est un stress permanent pour le corps. Ce dernier déploie énormément d’énergie pour empêcher des mouvements involontaires et donc pour « verrouiller le corps » (enrouler ses jambes autour des pieds de chaise, s’asseoir avec une jambe repliée sous les fesses…). Pendant que le cerveau se consacre à ces compensations il n’est pas complètement disponible pour apprendre.

De quoi cela provient-il ?

Différents facteurs peuvent être à l’origine de la non-intégration de certains réflexes primitifs. Parmi eux on dénombre : une grossesse ou un accouchement difficile (trop long, trop rapide, césarienne, instruments…) abondance de matériel de puériculture, l’absence de ramper ou de quatre patte, un stress important, un accident, un traumatisme, un burn-out, etc…

Qui est concerné ?

Cet accompagnement s’adresse à tous, enfants (tests non révélateur avant (5 ans) et adultes qui ressentent le besoin de lever les obstacles qui entravent leurs apprentissages ou leur épanouissement.

Pourquoi consulter ?

Si vous estimez que certains réflexes ne sont pas développés, ou sont mal intégrés et qu’ils viennent parasiter votre quotidien et vous posent des difficultés dans les domaines suivants :

Corporel

– Trébucher, tomber
– Mal des transports, vertiges, mauvais équilibre
– Mauvaise de coordination
– Difficultés à jouer aux jeux de ballons/ faire du vélo/nager…
– Eviter les activités physiques
– Marcher sur la pointe des pieds ou sur les talons
– Tensions corporelles (mâchoires, nuque, poings serrés…)
– Soutenir sa tête pour lire ou écrire
– Enrouler ses pieds autour de la chaise, s’assoir sur une jambe
– Mouvements de la bouche en écrivant/ dessinant
– Difficultés pour s’habiller/faire ses lacets/boutonner
– Gêné par les étiquettes de vêtements
– Mâchouiller les stylos, ses vêtements, sucer son pouce
– Semelles inégalement usées
– Maladresse
– Énurésie (pipi au lit après 5 ans)
– Difficultés à tenir en place
– Posturale
– Troubles de l’oralité

Emotionnelles

– Burn-out
– Hyperémotivité
– Hypersensibilité aux goûts, aux odeurs, aux lumières, au bruit
– Préfère la routine / besoin d’être en contrôle
– Grande anxiété, faible résistance au stress,
– Évite le contact visuel
– Manque de confiance en soi
– Troubles de l’alimentation
– Addictions
– Mutisme sélectif, avoir tendance à s’isoler
– Se mettre rapidement en colère
– Difficultés à faire des choix, à s’imposer
– Tics, Tocs, Phobies, se ronge les ongles
– Déteste les imprévus ou les changements dans les habitudes

Cognitif

– Manque de motivation générale
– Difficultés d’articulation, de langage, bégaiement
– Écriture difficile, peu fluide, pression excessive ou trop légère sur le stylo
– Désorientation, ne se repère pas dans l’espace
– Hyperactivité, impulsivité, agitation, TDA/H
– Difficultés de concentration, d’attention, de mémorisation
– Difficultés de compréhension
– Apprentissage de la lecture difficile
– Fait des fautes en recopiant
– Trouble dys- (dyslexie, dysorthographie, dyscalculie, dysgraphie, dyspraxie)
– Difficultés d’organisation, étourderie
– Difficultés pour regarder et écouter en même temps
-Retard langagier
-Tendance autistique

Plus spécifique aux bébés

– Difficulté pour ramper, voire ne rampe pas
– Ne se met pas à 4 pattes
– Se déplace sur « 3 pattes »
– Se déplace sur les fesses
– Difficultés à passer de la position ventrale à la position dorsale
– Ne tient pas sa tête
– Ne s’assoit pas
– Difficultés à attraper
– Difficultés à s’alimenter
– N’entre pas en relation avec son entourage

Plus spécifiques aux enfants

– N’aime pas les activités physiques
– Rencontre des difficultés pour faire des exercices simples de coordination (sauter à la corde)
– Se cogne un peu partout, trébuche fréquemment
– Difficultés à nouer ses lacets, mettre ses boutons
– Difficultés pour apprendre à faire du vélo
– Marche sur la pointe des pieds
– Semelles de ses chaussures inégalement usées
– N’arrive pas à se tenir assis sans être “couché” sur la table
– Enroule ses jambes autour des pieds de sa chaise
– S’assoit sur une jambe ou en W
– Tient son crayon très serré et écrit de manière très appuyée
– A une écriture très irrégulière
– N’aime pas écrire
– Mémorise avec difficulté
– N’aime pas lire, suit la ligne du doigt pour lire
– Rencontre des difficultés pour s’exprimer
– Énurésie (après 5ans)
– A des difficultés à se concentrer, à rester attentif
– A besoin de bouger tout le temps
– Rencontre des difficultés pour s’organiser
– Se comporte de façon impulsive
– Se montre hypersensible sur le plan émotionnel
– Déteste les imprévus ou les changements dans ses habitudes
– Supporte mal les séparations
– Semble anxieux, difficultés pour s’endormir
– Manifeste un comportement agressif
– N’a pas confiance en lui
– Se montre très timide
– Est en prise avec une phobie
– Difficultés à communiquer avec son entourage

Plus spécifique aux adultes

– Difficulté à se sentir ancré, enraciné
– Difficulté à se sentir présent
– Difficulté à faire des choix
– N’arrive pas à aller au bout de ces projets
– Difficultés pour monter ou descendre les escaliers mécaniques.
– Stress/Anxiété.
– Fatigue chronique.
– Burn out, déprime
– Manque de joie de vivre.
– Faible motivation.
– Manque de confiance en soi, mauvaise estime de soi.
– Timidité excessive.
– Difficultés relationnelles.
– Difficultés de communication.
– Difficultés d’affirmation.
– Prise de parole en public difficile.
– Hypersensibilté émotionnelle.
– Peur de l’inconnu.
– Peur de la séparation.

La méthode :

Le praticien en intégration des réflexes primitifs travaille AVEC la personne et non pas SUR la personne.
Elle utilise essentiellement les mouvements rythmiques et d’autres activités qui reproduisent des schèmes de mouvements de la période intra-uterine ou des premiers mois de vie, ainsi que des pressions isométriques douces pour ré-informer le système nerveux central.
A ces méthodes s’ajoutent des techniques de libération émotionnelle et de renforcement énergétique.

 

Les séances :

– Avant le premier rendez-vous : A la suite de notre échange téléphonique de prise de rendez-vous, je vous adresserai par courriel un questionnaire détaillé à me retourner complété par mail 48 heures avant le rendez-vous.

– La première séance : elle dure entre 1h15 et 1H30. A cette occasion nous abordons ensemble la grossesse, la petite enfance et le parcours de vie en général.
Puis nous déterminons ensemble votre objectif, de façon très précise. Qu’est-ce qui améliorera votre vie ?
Ensuite, nous parcourrons si besoin vos réponses au questionnaire, je tiens à préciser qu’il n’y a ni bonne ni mauvaise réponse. Enfin, je vous proposerai des mouvements rythmiques.

– Entre les séances : Les mouvements rythmiques sont doux ; ils doivent être agréables et réalisés avec plaisir. La contrainte est contre-productive à l’intégration des réflexes.
Les mouvements que vous aurez choisis sont à effectuer chez vous quotidiennement dans l’idéal, et ce jusqu’à notre prochain rendez-vous. Il est indispensable que les mouvements soient reproduits de manière régulière à la maison pour favoriser une intégration plus rapide des réflexes, sans pour autant dépasser 10 minutes maximum par jour, tous mouvements confondus.

– Séances de suivi : Les séances suivantes seront espacées de 3 semaines à un mois et durent de 45 minutes à 1 heure. Un bilan des semaines passées y sera fait. Des tests de réflexes liés à votre objectif seront effectués et de nouveaux mouvements vous seront proposés. Parfois il sera nécessaire d’effectuer un bilan réflexe complet.

A savoir :

Il est préférable de venir dans une tenue confortable, vous pouvez également apporter une bouteille d’eau.

L’intégration des réflexes primitifs ne remplacent pas un suivi médical, ce sont des approches complémentaires.

Tarifs et contact :

Première séance (1h15 – 1h30) : 70 euros
Rendez-vous de suivi (45 min – 1H00) : 50 euros

Paiement à chaque séance en espèces, chèque

Coralie Bégeot

Adresse :

101, rue du coteau de la croix (Cabinet d’ostéopathie)
88300 NEUFCHATEAU

Téléphone :

06 27 28 33 36

Adresse mail :

contact@therapeute-sophrologue.fr

FORMULAIRE DE CONTACT

Protection des données

4 + 10 =